L’imposture du SAGE (suite)

Depuis quelques années l’Etat organise des SDAGE (Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux) et des SAGE (déclinaisons locales), sortes de projets « politico-écologiques » sans effets autres que les effets d’annonces… En effet, tout le monde le sait, la nature va mal, son eau va mal. De plus en plus mal… et à l’origine du désastre annoncé, il y a le plus gros scandale social et écologique du siècle :

Le « REMEMBREMENT »

Ce plan satanique d’assassinat du monde rural fomenté par une mafia technocratique a été conduit en dépit de la réprobation tant agricole que populaire : Des millions d’arbres abattus, des milliers de km de talus rasés, des milliards d’argent sale entre des mains avides, et tout ça alors qu’on savait la suite d’avance : Érosion quasi hémorragique (7000 tonnes de terre/10km²/an !), inondations,  dérégulation du débit des ruisseaux et des rivières,  pollution et contamination des nappes phréatiques, catastrophes et écocide sans précédents, explosion des maladies vectorielles et des cancers… Et enfin, les paysans, assimilés aux modes d’emplois de leurs machines et des pesticides, finissent par se suicider…

Au passage, les  automobilistes peuvent cependant  remercier MONSANTO et sa FDSEA pour les pare-brise désormais propres.

Vu les impacts sociaux et écologiques incalculables, le « remembrement » peut être requalifié en « démembrement national ». Qui osera donc soutenir que la cause principale du problème de la ressource en eau n’est pas là ? Quels responsables auront le courage de chercher les solutions qui en découlent ? Est-ce qu’on remet en question une politique autodestructrice ? reconnaît-on les erreurs au point d’abandonner des profits fondés sur des dégâts collatéraux durables et inchiffrables ? 

Mais au lieu redresser la barre sur l’aulofée, non seulement le remembrement perdure contre tempêtes et submersions, mais en plus les mêmes technocrates vendus aux mêmes lobbies en remettent une couche avec un deuxième remembrement :

LE « REMEMBREMENT SANITAIRE » 

dont le soi-disant SAGE n’est qu’un avatar ! Pourquoi encore faire « confiance » au système qui a pondu le remembrement ???

Après de longues études médicales et sanitaires Je pensais avoir appris à lire, mais j’avoue humblement n’avoir rien compris au rapport du « SAGE AT3G » (Armor-Trégor-Goélo), sauf qu’il cautionne une politique de terrassement, de maillage normatif du bocage et d’achèvement de la pollution de nos ressources. Les pelleteuses qui parasitent le bocage depuis 30 ans peuvent légalement intensifier leurs saccages.

Il faut reconnaître que la propagande (*) est bien huilée, puisqu’elle pousse l’imposture jusqu’à louer la caution d’une association régionale réputée. Ce qui vaut, c’est l’effet d’opinion («impact factor») à court terme. C’est le règne du sophisme : vendre pour persuader, pour convaincre, pour imposer, vendre de la viande de cheval étiquetée viande de bœuf…

Mais pourquoi se gêner, puisque la population ne se passionne que pour ses priorités sociétales ? Elle a cette résignation amère qui ne veut plus rien savoir. Elle abandonne aux élites qu’elle n’a même pas choisies le soin de calmer le Vésuve écologique qui domine son écosystème et ses oisivetés. Trop d’élus, même, sont acquis à la propagande. La preuve, chacun fait tourner tant qu’il peut son manège à pelleteuses. Dépassés, ils ont eux aussi ce renoncement apathique face au système, à la centralisation de la décentralisation. Au point de valider les yeux fermés un SAGE sans même en analyser les lignes et les entre-lignes. Dépossédé de ses attributions les plus honorables, le Maire en est réduit à se conformer aux prescriptions lobbyistes. Ceux qui s’adaptent à l’imposture collaborent au profit comme on spécule de manière morbide sur la faillite des entreprises. Par exemple la mairie de Paimpol demande « quelles sont les capacités d’absorption du milieu », histoire d’évaluer jusqu’à quelle extrémité écocidaire elle peut aller ! Et elle demande ça à des étrangers à son terroir ! Incroyable d’ignorance et de cynisme !

Je me souviens d’une interlocutrice au ministère de l’environnement qui a dit textuellement  » Vous, associations, êtes les premiers sur la ligne des combats » . J’ai pris quelques années avant d’accepter une telle démission de l’État, car en substance c’était  » démerdez-vous » !

Ainsi le SAGE est un faux-semblant. Comme on perd du temps à vouloir en gagner, censé restaurer la confiance en un retour des conditions écologiques et sanitaires durables,  il suscite plus d’inquiétude que d’espoir de renouveau. Comme toute imposture, il n’apporte rien qu’un crédit à la galerie et au spectacle.

Une vraie stratégie durable aurait du harmoniser la loi avec les objectifs , au lieu de cela, le SAGE n’est que le cheval de Troyes d’une logique de marché, une circulaire de plus de normalisation et d’assujettissement de l’homme et de l’environnement. En définitive, tout  cela reflète la démission totale et l’imposture d’un gouvernement, pour ne pas dire un système, désormais incapable de gérer véritablement, réduit à un instrument de la finance et des intérêts privés.  La nature comme l’homme n’est plus qu’un capital, une matière à profit dans une soumission sociale.

Il n’y aura pas d’évolution sans transgression des normes et une capacité d’innovation.

Muriel FIANNACCA et Jean-Claude JESTIN

(*) Arnaud, Bolloré, Dassault, Bouygues possèdent pratiquement tous les médias.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *