L’enfer immobilier au seuil de la Chapelle

Un sujet typique cloche-merle, sur front de mer, soumis aux médias par Bernard LUNET :

-Décors : un village de 3300 âmes dans les Côtes d’Armor face à l’île de Bréhat ( belles images assurées) .Il s’agit de Loguivy de la mer .
– A ma gauche : des habitants et des vacanciers ulcérés par la construction d’une salle paroissiale jouxtant une croix celtique classée et une petite église de 1938 signée J. Bouillé ( le fleuron architectural du village en somme, terni) ; les pétitions circulent.
– A ma droite : le diocèse, un curé habitant une autre commune, soutenu par certaines de ses ouailles et l’archevêque, souverain sur son terrain privé.
– Au milieu une mairie fraîchement élue prise entre les 2 feux et qui attend de voir d’où le vent souffle le + fort ( en gal. d’Ouest) pour revenir sur le permis de construire signé à la hâte par l’ancienne équipe.
-En zone d’ombre la confrérie des architectes : celui des bâtiments de France qui donne un visa de convenance et son confrère, le bâtisseur, voisin du terrain du diocèse. Des recours en justice pour toutes sortes d’infractions à la réglementation sur les chantiers.l’association Message d’Islande ( sauvegarde du patrimoine) met évidemment son grain de sel! Pour en savoir + Presse d’Armor article récent: « A Loguivy, la maison paroissiale fait râler ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *